COURS TARIFS INSCRIPTIONS EVENEMENTS DERNIERES INFOS

PARTENARIAT

ACCUEIL CONTACTACCES

 

Loisirs et Cours de langue à Malte

8 jours / 7 nuits

DATE : DU 4 AU 11 SEPTEMBRE 2016

 

 

BASE 35 PERSONNES

BASE 30 PERSONNES

BASE 25 PERSONNES

TARIF AVEC LE FORFAIT COURS DE LANGUES

1 150 €

1 165 €

1 179 €

TARIF SANS LE FORFAIT COURS DE LANGUES

1 065 €

1 080 €

1 099 €

 

...

 

 

WEEK-END en Irlande avec Kaye et Alexandra

rédigé par Marc Boulet

Après un court voyage dans un avion de Ryanair, Erika nous attendait pour nous mener à l’hôtel Mespil puis à la rencontre de Dublin. 

A 17h (heure locale : + 1h), le groupe se mit en route pour une première visite de la ville à travers Saint Stephen Park, et les rues piétonnes et pour savourer la première bière.

 

 

Jeudi, un bus nous promena tout autour de la ville et fit halte à la distillerie James Jameson pour nous apprendre à fabriquer le whisky Irlandais

(distillé 3fois).

La visite suivante fut à Trinity Collège dans la bibliothèque monumentale et très fournie.    

           

                                 

Vendredi Kaye et Alex organisèrent un diner suivi d’un super spectacle de chants et de danses Irlandais. 

Samedi, après un petit détour dans un marché dressé dans une école, nous avons pris le train pour rejoindre sur la côte un ravissant petit port: Howth

Howth et ses parcours de golf, ses restaurants typiques sur le port, sa magnifique forêt de rhododendrons multicolores et son château.

 

 

 

L’organisation du voyage prévoyait beaucoup de temps libre afin que les élèves mettent leurs connaissances à profit pour visiter les musées, les marchés,

les églises, la Guiness-Distillery … au gré de chacun.

Dublin est une petite capitale divisée en quartiers bien délimités :

Quartier Viking et son musée installé dans une église, quartier Georgien et ses enfilades de maisons aux portes colorées, quartier antique, quartier des docks, quartier historique, quartier commercial et quartier de Temple Bar le plus animé de la ville avec ses nombreux pubs. Dublin est une petite ville.

Rien n’est loin et on y marche beaucoup.

Pour se déplacer on peut utiliser le train, le tram, les bus (mais il n’y a pas de carte de ses lignes) le taxi d’un prix relativement bas et surtout ....... les pieds.

Le peuple Irlandais parle d’abord le Gaëlique puis l’Anglais avec un accent qui en rend difficile la compréhension.

Néanmoins les Dublinois sont gentils, prêts à rendre service, à bavarder et j’ai regretté de ne pas être plus apte de répondre à cette invite.

Le climat est assez semblable au nôtre avec quelques incertitudes supplémentaires.

Quand le soleil brille, le vent est fort et inversement si le temps est gris ou pluvieux, il n’y a plus de vent.

Merci Kaye et Alex, pour cette excursion qui nous encourage à aller plus loin vers l’intérieur de ce Pays.

 

...

 

REPAS ANNUEL

Vendredi 6 juin, plus de 100 d’entre nous se sont réunis au Txik Txak de Biarritz pour notre repas annuel.

Comme chaque année, ce repas rencontre un franc succès et permet à tous les cours de se côtoyer dans une ambiance amicale et joyeuse autour de nos professeurs. Agnès et Jacqueline avaient bien géré ce rendez–vous mais la salle s’est révélée un peu trop petite et a demandé quelques adaptations de dernière minute.

Dès la rentrée, il faudra nous mettre à la recherche d’une salle plus spacieuse pour le futur.

Après Anglet et Biarritz, pourquoi pas Bayonne!

 

...

 

VOYAGE  EN ECOSSE – MAI 2015

5 jours de voyage nous ont permis non seulement de découvrir GLASGOW et EDIMBOURG mais de profiter d’un soleil radieux pour parcourir les îles de MULL et IONA.

Après un court séjour à GLASGOW en complète transformation, un petit train touristique nous a amenés à OBAN, à flanc de coteaux, par les vallées et les lochs et au pied des monts encore enneigés au milieu d’une nature qui se réveillait à peine de l’hiver dont la végétation tardait à s’épanouir.

 

OBAN, cette jolie station appréciée des écossais, nous a surpris par ses maisons typiques, son calme et la qualité de sa cuisine.

Par une journée printanière, le ferry nous a déposés sur l’île de MULL en longeant le château de DUART.

Le tour de l’île d’IONA, origine de la christianisation de l’Ecosse, a remplacé agréablement la visite prévue d’une distillerie.

Le soir certains ont pu découvrir le calme d’OBAN et des pubs.

Le dernier après- midi enfin, pour que le voyage soit complet, la pluie est arrivée à EDIMBOURG, noircissant les façades des monuments.

Capitale chargée d’histoire, décor spectaculaire, architecture imposante, rues animées, parc tranquille, vent et pluie, tout était présent pour le final.

Merci à Alex et Kaye qui ont encadré ce voyage et nous ont présenté les mœurs  et la vie parfois difficile des gens du nord de la Grande Bretagne.

 

Voyage "Magic Mystic Scotland"

 

EDIMBOURG - GLASGOW - HIGHLANDS DU SUD - OBAN

 

12 - 16 Mai 2015

 

...

 

VOYAGE OUEST AMERICAIN 2014

 

Rédigé par Anne-Marie MICHAUD

Il y a des lieux qui chantent avant même de les connaître. La Californie en est un à travers la maison bleue de Maxime Le Forestier, les hippies de San Francisco, les délires que découvre Mary Ann chez Amistead Maupin, le cinéma d'Hollywood, Zorro et le sergent Garcia. Kaye notre professeur d'anglais de l'AFP parlait depuis longtemps de son pays, de la Californie et ses yeux qui brillaient nous avaient vraiment donné envie d'y aller.

Encore fallait-il que le groupe de quarante élèves soit prêt pour partir le 3 septembre 2014, afin de traverser les milliers de kilomètres et de recevoir à travers le hublot la vision d'une géologie époustouflante:

                    

rivières interminables, massifs qui s'organisent en lignes, en cercles, en courbes, en feuille, villes tracées au cordeau, atterrissage à Phoenix.

Les pieds sur terre ont confirmé le sentiment du souffle coupé quand les yeux se sont habitués à l'immensité des canyons du sud-ouest américain, à leurs ocres. Nous étions devant la création du monde et Dieu s'était bien amusé en soulevant, pressant, enfonçant les roches, les strates, en détournant les fleuves, en jetant du pigment rouge.

Et simultanément notre imaginaire ému, reconnaissait le canyon du Colorado comme il avait reconnu la muraille de Chine car inscrits depuis toujours dans notre inconscient!

Comment vivre dans un tel environnement si ce n'est remonter à la préhistoire ou essayer de rencontrer les Navajos? En fait la force de ces derniers est de forger une légende et de se camoufler derrière un discours sur eux-mêmes, leur tradition, leur langue, leurs richesses, discours qui les protège de tout contact avec le touriste. Pourtant celui-ci, voyeur comme il se doit, voudrait bien derrière les masses de Mountain Valley apercevoir leurs maisons, leurs activités, leurs enfants...

                        

Les Mormons par contre, moins secrets se laissent repérer à travers leur réussite professionnelle et leurs temples.

Le bâton de marche du touriste est le guide; c'est lui qui le met en relation avec le pays qu'il est venu découvrir. Le guide est souvent étranger au pays dont il va parler à travers sa propre expérience. Ce n'est en rien un leurre, au contraire il permet au touriste de vaincre l'obstacle du temps nécéssaire pour sentir l'âme d'un pays ou du moins certaines facettes. L'ouest américain est ainsi cosmopolite et le turban de l'hindou affairiste côtoie la robe transparente sexy de la starlette de santa Monica.

Il attire tous les papillons du monde, certains s'y brûlent les ailes, d'autres fondent des colonies comme le montre le chemin des cloches qui reliait les missions fondées par les européens entre San Francisco et Los Angeles. C'est une terre où l'on bouge sans cesse pour aller tenter sa chance dans les casinos scintillants de mille feux de Las Vegas,

 

 pour se perdre dans Death Valley

 

et y rencontrer un survivant: Gérard Depardieu venu y tourner un futur film, la Vallée de l'Amour! C'est une terre où l'on ne sait pas si on finira électricien à Las Vegas ou fou à l'hôpital psychiatrique dont l'architecture déstructurée remet peut-être les idées en place!

Au coeur des dépaysements dont nous ne nous lassions pas, une vraie villeest apparue au bout d'un pont, San Francisco.

 

Nous y étions, cherchant avidement le Golden Gate,

la rue des Lombards, la baie, le quartier Castro, Chinatown. Tous ces lieux ont dépassé nos attentes et sont inscrits dans notre souvenir. San Francisco est une vraie ville avec sa misère misérable, les vétérans des guerres dit-on, les drogués, une vraie ville ouverte à la création artistique dans les galeries au bord des quais, une ville qui se fait aimer depuis le bateau qui nous ramène de Saucalito, depuis la Tower Coït, une ville enchanteresse dont la jeunesse plonge le soir dans la musique et la danse au Foley's bar, une ville qui accueille l'étranger, enfin, y a-t-il seulement une fin, une ville américaine où les bannières de l'université disent partout: change the world from here...

Comment après la douceur enchanteresse de San Francisco, apprécier une autre ville? Quels atouts Santa Maria de los Angeles pouvait-elle déployer pour nous séduire? Celui de la chaleur torride, du bruit, de la foule, de l'urbanisation insaisissable? Celui de ses quartiers légendaires Venice, Beverly Hills, santa Barbara, santa Monica, Hollywood?

           

Tout semble de trop à Los Angeles et la mouvance des gens, des voitures reste incompréhensible. On se demande même où les fameuses émeutes raciales des années passées 1965, 1992 ont eu lieu. Pourtant les lettres d'Hollywood existent réellement, plantées sur une colline quasiment pelée et, en bas, sur le Walk of Fame, tronçon du Sunset bd, devant le Kodak theater où sont attribués les oscars, devenu depuis le Dolby theater, signe des temps, les Marilyn platinées s'offrent pour un dollar la photo!

Le temps était passé et la connaissance du sud ouest américain avait renforcé, comblé notre enthousiasme de départ. Nous étions le 16 septembre devant le panneau d'affichage pour les départs à LAX airport, seul Air France était cancelled, tandis qu'un bel airbus 380 de British Airways nous attendait pour le chemin du retour!            

 

WEEK-END en Irlande avec Kaye et Alexandra

rédigé par Marc Boulet

Après un court voyage dans un avion de Ryanair, Erika nous attendait pour nous mener à l’hôtel Mespil puis à la rencontre de Dublin. 

A 17h (heure locale : + 1h), le groupe se mit en route pour une première visite de la ville à travers Saint Stephen Park, et les rues piétonnes et pour savourer la première bière.

 

 

Jeudi, un bus nous promena tout autour de la ville et fit halte à la distillerie James Jameson pour nous apprendre à fabriquer le whisky Irlandais

(distillé 3fois).

La visite suivante fut à Trinity Collège dans la bibliothèque monumentale et très fournie.    

           

                                 

Vendredi Kaye et Alex organisèrent un diner suivi d’un super spectacle de chants et de danses Irlandais. 

Samedi, après un petit détour dans un marché dressé dans une école, nous avons pris le train pour rejoindre sur la côte un ravissant petit port: Howth

Howth et ses parcours de golf, ses restaurants typiques sur le port, sa magnifique forêt de rhododendrons multicolores et son château.

 

 

 

L’organisation du voyage prévoyait beaucoup de temps libre afin que les élèves mettent leurs connaissances à profit pour visiter les musées, les marchés,

les églises, la Guiness-Distillery … au gré de chacun.

Dublin est une petite capitale divisée en quartiers bien délimités :

Quartier Viking et son musée installé dans une église, quartier Georgien et ses enfilades de maisons aux portes colorées, quartier antique, quartier des docks, quartier historique, quartier commercial et quartier de Temple Bar le plus animé de la ville avec ses nombreux pubs. Dublin est une petite ville.

Rien n’est loin et on y marche beaucoup.

Pour se déplacer on peut utiliser le train, le tram, les bus (mais il n’y a pas de carte de ses lignes) le taxi d’un prix relativement bas et surtout ....... les pieds.

Le peuple Irlandais parle d’abord le Gaëlique puis l’Anglais avec un accent qui en rend difficile la compréhension.

Néanmoins les Dublinois sont gentils, prêts à rendre service, à bavarder et j’ai regretté de ne pas être plus apte de répondre à cette invite.

Le climat est assez semblable au nôtre avec quelques incertitudes supplémentaires.

Quand le soleil brille, le vent est fort et inversement si le temps est gris ou pluvieux, il n’y a plus de vent.

Merci Kaye et Alex, pour cette excursion qui nous encourage à aller plus loin vers l’intérieur de ce Pays.

.

 

ASSOCIATION FORMATION PERMANENTE

Centre culturel "El Hogar"   -  Rue de Hausquette   -   64600 Anglet
Tél. 05 59 57 10 99  afp.elhogar@numericable.fr
Organisme agréé de Formation continue - N° Formateur : 72 64 01 53 964

Association à but non lucratif, Loi 1901